Les bactériophages sont des micro-organismes naturels, existant sans aucune interférence humaine, partout où on trouve des bactéries. L’ADN se trouve dans les bactéries et porte les instructions génétiques pour la production des phages spécifiques.

Les chercheurs ont découvert que cette production de phages dans les bactéries pouvait être induite. Si nous pouvions manipuler ces phages, qui sont spécifiques à la souche particulière de la bactérie pathogène, afin qu’ils soient produits dans leur forme la plus efficace de destruction des bactéries, cela pourrait être très efficace.

Phelix n’est pas le seul à croire à l’utilisation des bactériophages en tant que moyen de traitement des infections bactériennes. Comme vous pourrez le constater dans l’article ci-dessous qui relate l’historique de leur utilisation.

Les opportunités inexploitées de la thérapie par les phages

Les bactériophages (phages) sont des prédateurs naturels des bactéries qui parasitent ces dernières pour se reproduire; ils ont été découverts au début du vingtième siècle, individuellement, par Twort en 1915 et d’Hérelle en 1917 (Summers, 2005). La capacité de tuer les bactéries a été rapidement explorée thérapeutiquement par d’Hérelle et ses supporteurs alors qu’ils luttaient contre diverses infections bactériennes dans le monde, telle la peste bubonique dans l’Asie du Sud-Est, la dysenterie en France, ou le choléra en Inde. La thérapie par phages a aussi été largement utilisée pour traiter les maladies infectieuses pendant la Seconde Guerre mondiale (Summers, 2001). Cependant, une connaissance insuffisante de la biologie des phages, un contrôle de faible qualité des préparations de phages, et le manque de preuves scientifiques solides de succès thérapeutiques ont mené à un abandon des phages au profit des antibiotiques, récemment découverts, jusqu’à la seconde moitié du vingtième siècle.
View in Fullscreen