En savoir plus sur les Troubles du Spectre Autistique.

Introduction par Robert C Bransfield, MD, DLFAPA

Comprendre la cause de l’autisme n’est pas un processus simple. Les patients autistes ont une large gamme de symptômes qui sont considérés comme étant sur un spectre, et ces pathologies sont appelées Troubles du Spectre Autistique (TSA en français, ASD en anglais pour ‘Autism Spectrum Disorders’). Il existe de multiples facteurs génétiques et environnementaux, des processus multiples qui causent des maladies et une large gamme de symptômes se produisant chez différents individus.
Les processus de la maladie sont principalement associés au fonctionnement anormal du système immunitaire. Normalement, le système immunitaire répond à la menace d’abord avec une inflammation qui se termine et est ensuite remplacée par la production d’anticorps (immunité adaptative). Chez les autistes, il existe des anomalies dans le fonctionnement du système immunitaire.
L’inflammation peut persister après que la menace est passée et des anticorps peuvent être formés, nuisant au système nerveux en développement (auto-immunité). La persistance de l’inflammation est stressante pour les cellules car elle provoque un processus appelé stress oxydatif, qui peut provoquer des anomalies des mitochondries (source d’énergie dans la cellule) et d’autres anomalies biochimiques associées. Les facteurs environnementaux qui provoquent ces anomalies immunitaires comprennent les expositions toxiques à l’environnement et les maladies infectieuses.

Le même processus infectieux et immunitaire peut avoir des effets très différents à différents âges: développement embryonnaire, fœtus en développement à différents stades, nouveau-né, enfant, enfant, adolescent, adulte et fin de vie.

Une approche complexe

Les 24 infections et co-infections associées aux TSA sont-elles contributives de la maladie ? Si oui, lesquelles ? (Bransfield 2009); Voici de nombreuses variables qui entrent en jeu : L’infection est-elle antérieure ou persistante? L’infection est-elle juste chez la mère, chez la mère et le foetus ou juste chez le nourrisson ? Y a-t-il ou non une infection dans le système nerveux central ? Y a-t-il eu des effets directs de l’infection ou bien une réaction immunitaire provoquée par l’infection, ou les deux ? Le processus de la maladie est-il causé par une inflammation, une auto-immunité ou les deux ? Y a-t-il présence de toxines ? Y a-t-il présence de déficiences ? Quelle est la réaction aux traitements ?
La compréhension de l’association entre la maladie de Lyme (et autres maladies à tiques) (LY / TBD, pour ‘Lyme / Tick-Born Diseases’ en anglais) et les Troubles du Spectre Autistique (TSA) nécessite une approche à partir de multiples perspectives. Une approche consiste à comparer les similitudes entre les TSA et LY / TBD.

Épidémiologie

Aux Etats-Unis, les 15 états où l’autisme est le plus répandu montrent une corrélation avec les 15 états où la maladie de Lyme est la répandue (DeNunzio). Sur les vingt États qui ont signalé la plus grande apparition de Troubles Autistiques pour 10 000 personnes; Quinze ont signalé un nombre plus élevé que la moyenne de cas de maladie de Lyme. À l’inverse, des vingt états qui ont signalé la plus faible incidence du trouble autistique pour 10 000 personnes; Aucun n’a rapporté un nombre plus élevé que la moyenne de cas de maladie de Lyme. (Kuhn et al., 2012). La prévalence de l’autisme dans les comtés de la Californie, de l’Oregon et de Washington est positivement associée aux précipitations (Waldman M et al., 2008) et les précipitations ont une corrélation positive avec la survie des tiques (Nieto NC et al., 2010) qui a une incidence sur la prévalence des maladies transmises par les tiques.

Évaluation des personnes atteintes de la maladie de Lyme (et autres maladies à tiques) pour les Troubles du Spectre Autistique

Bien que les cliniciens aient déjà noté l’association entre la maladie de Lyme et les TSA (Bransfield et al., 1998), la première étude était une analyse complète de l’histoire de patients, sur la base de 102 cas de maladie de Lyme (et autres maladies à tiques) qui a révélé que 9% avaient été diagnostiqués autistes et la plupart étaient diagnostiqués avec un large éventail de handicaps de développement. À titre de témoin, 66 mères atteintes d’une maladie de Lyme qui ont été traitées avec des antibiotiques avant la conception et pendant toute la grossesse ont toutes donné naissance à des nourrissons sains normaux (Jones et al., 2005).

Test de Troubles du Spectre Autistique chez les patients atteints de maladie de Lyme (et autres maladies à tiques)

La plupart des études démontrent qu’environ 25% des patients atteints de TSA sont infectés par Borrelia burgdorferi (Vojdani 22%, Lyme Induced Autism Foundation 26%, Nicholson 20-30%, Levin 100% dans une région épidémique de Lyme du Connecticut), mais d’autres infections sont également présentes et peut-être plus répandue que Borrelia burgdorferi, comme les espèces de Mycoplasme 56% (avec 70% de M. fermentans), Human Herpes Virus-6 (HHV-6) 29%, C. pneumoniae 8%, et également des co-infections avec Bartonella, Ehrlichia, et Babesia (Nicholson 2007).

Similitudes Biochimiques entre la maladie de Lyme (et autres maladies à tiques) et les Troubles du Spectre Autistique

La maladie de Lyme (et autres maladies à tiques) et les Troubles du Spectre Autistique ont des similitudes biochimiques quant à la façon dont le corps utilise l’oxygène et le soufre. Plus techniquement, les deux altèrent le système oxydoréductif et le métabolisme de l’homocystéine / méthionine. Les deux provoquent une augmentation de l’activité de la superoxyde dismutase, du malondialdéhyde et du glutathion peroxydase. Les deux causent une baisse de glutathion (Bransfield et al., 2008).

Similitudes d’Imagerie Cérébrale entre la maladie de Lyme (et autres maladies à tiques) et les Troubles du Spectre Autistique

La maladie de Lyme (et autres maladies à tiques) et les Troubles du Spectre Autistique induisent une prédominance dans la présence de substance blanche dans le cerveau et un dysfonctionnement significatif du lobe temporal. Dans les TSA, les troubles du lobe temporal, de l’hippocampe et de l’amygdale sont associés à des déficiences de la mémoire et à des déficiences sociales non verbales. Les patients de la maladie de Lyme (et autres maladies à tiques) et des TSA démontrent une sensibilité excessive à la stimulation de la lumière, du son et autres. Cette observation clinique est soutenue par l’imagerie cérébrale des patients atteints de la maladie de Lyme (et autres maladies à tiques) qui démontre une augmentation de l’activité thalamus (une région du cerveau qui augmente l’apport sensoriel) et une activité accrue associée dans les zones auditives et visuelles du cortex (Bransfield et al., 2008).

Similitudes Immunitaires entre la maladie de Lyme (et autres maladies à tiques) et les Troubles du Spectre Autistique

La maladie de Lyme (et autres maladies à tiques) et les TSA ont tous deux été associés à une combinaison de processus inflammatoires et auto-immuns. Tous deux sont associés à une inflammation persistante, avec une élévation des mêmes composants du système immunitaire (Tumor Necrosis Factor Alpha et Interleukin-6). L’inflammation persistante est également associée à l’activation de cellules immunitaires dans le système nerveux central (microglie) et des anticorps contre le tissu cérébral. Les patients de la maladie de Lyme (et autres maladies à tiques) et des TSA sont plus susceptibles d’avoir le même facteur de risque génétique, le génotype HLA-DR4 (Bransfield et al., 2008).

Traitement Antibiotiques

Le traitement de la maladie de Lyme (et autres maladies à tiques) pendant la grossesse peut prévenir le développement de l’autisme et d’autres troubles de développement associés à la maladie de Lyme (et autres maladies à tiques) (Jones et al., 2005). Une autre étude a démontré objectivement que le traitement antibiotique peut réduire les symptômes de TSA associés à la maladie de Lyme (et autres maladies à tiques) (Kuhn et al., 2012).

Coût économique des Troubles du Spectre Autistique associés à la maladie de Lyme (et autres maladies à tiques)

Étant donné qu’environ 25% des personnes souffrant de TSA sont associées à Borrelia burgdorferi, que plus de 50% des personnes souffrant de TSA sont associées à d’autres infections persistantes (Nicholson G. 2007) et que 673 000 enfants américains souffrent de TSA (11 sur 1000) avec un coût de soins de santé à vie estimé à 16 millions de dollars par personne autiste (Kogan MD, 2009), la maladie de Lyme (et autres maladies à tiques)
et d’autres infections persistantes semblent associées à plusieurs milliards de dollars de coûts sociétaux, sans compter l’immense coût humain qui ne peut être converti en dollars.

Résumé

Les troubles du spectre autistique résultent de causes multiples avec des contributeurs génétiques et environnementaux, y compris la maladie de Lyme (et autres maladies à tiques). Les infections aiguës chez la mère, le fœtus et / ou le nouveau-né peuvent provoquer des réactions immunitaires aiguës; Les infections chroniques chez la mère, le fœtus et / ou le nouveau-né peuvent provoquer des réactions immunitaires persistantes, qui peuvent affecter le développement du cerveau foetal, ce qui peut éventuellement provoquer des trouble du spectre autistique.
La reconnaissance que la maladie de Lyme (et autres maladies à tiques) peut contribuer à un nombre important de cas de TSA. Cette reconnaissance pourra avoir un impact significatif sur les options de prévention et de traitements qui peuvent sauver la vie et la qualité de vie de beaucoup de patients, tout en étant viables économiquement.
Lorsque la maladie de Lyme (et autres maladies à tiques) est présente, le traitement antimicrobien des femmes ayant l’intention de tomber enceinte, des femmes enceintes, des nouveau-nés et des autistes peut prévenir et traiter certains cas de TSA. Les TSA associés à la maladie de Lyme (et autres maladies à tiques) méritent une attention particulière, une recherche, une sensibilisation au diagnostic et au traitement, ainsi qu’un travail de mobilisation.

Orientations Futures de la Recherche

Une recherche cliniquement pertinente est nécessaire pour mieux comprendre cette question très complexe. Il faut acquérir de meilleures statistiques épidémiologiques; pour mieux comprendre les contributeurs de la maladie (infectieux et autres) et l’interaction des facteurs de la maladie, les processus pathophysiologiques multiples, la pathophysiologie associée à différents symptômes et options de traitement ainsi que leur efficacité.

Deux articles sur le diagnostic de la Borréliose de Lyme chez les autistes

  • Avis divergents sur le diagnostic de la maladie de Lyme pour les patients atteints de TSA:
    Cet article suggère que certains enfants atteints de Troubles du Spectre Autistique (TSA) aux États-Unis ont une maladie de Lyme non diagnostiquée et que les différents critères d’essai utilisés par les laboratoires commerciaux produisent des résultats faussement négatifs.
    View in Fullscreen
  • Marqueurs sérologiques de la maladie de Lyme chez les enfants atteints d’autisme:
    Un lien proposé entre la maladie de Lyme et l’autisme a attiré une attention considérable. Parmi les personnes atteintes de troubles du spectre autistique, des taux de séropositivité pour la maladie de Lyme supérieurs à 20% ont été rapportés.
    View in Fullscreen